Le lipogramme… Kesako?

philibert

Salut peufien!

je ne m’avoue jamais vaincu, et repars pour une nouvelle croisade.

Aujourd’hui je vais te présenter le lipogramme.

Alors non rien à voir avec les acides gras saturés ou non. Tu peux oublier la chimie organique pour ce moment de détente.

Le lipogramme est un petit exercice de style qui consiste à écrire un texte sans utiliser une lettres.

Alors bien sûr écrire un texte sans la lettre W n’est pas vraiment un challenge… mais observe plutôt:

 » Chère bonne, vous êtes bien impérieuse, bien despote, comment voulez-vous qu’une plume docile inscrive ici, sur votre ordre, un récit fidèle des vicissitudes de nos courses, puisque je dois subir le frein qui m’est si cruellement imposé ? Que désire le coursier numide ? Les brumeux horizons, les steppes et le désert : prêtez-moi donc plus de liberté, si vous voulez que je n’oublie rien des périlleuses difficultés de cette route si longue et si rude qu’on nous prescrit de sillonner »

Saurais tu trouver la lettre manquante?

Gagné! Il s’agit bien du A. Ce qui est déjà plus délicat.

Mais le véritable maître dans cet art est sans nul doute Georges Perec qui a écrit La Disparition un livre de 300 pages sans utilisé une seule fois la lettre la plus utilisée de la langue française (et au taquet après tes révisions du cours de cryptographie tu me réponds E! ) .

Et il arrive en plus à créer un semblant d’intrigue policière avec réflexion métaphysique. Bref un trait de maître.

Voilà un petit extrait pour ta curiosité insatiable:

 » Là où nous vivions jadis, il n’y avait ni autos, ni taxis, ni autobus : nous allions parfois, mon cousin m’accompagnait, voir Linda qui habitait dans un canton voisin. Mais, n’ayant pas d’autos, il nous fallait courir tout au long du parcours ; sinon nous arrivions trop tard : Linda avait disparu.
Un jour vint pourtant où Linda partit pour toujours. Nous aurions dû la bannir à jamais ; mais voilà, nous l’aimions. Nous aimions tant son parfum, son air rayonnant, son blouson, son pantalon brun trop long ; nous aimions tout.
Mais voilà tout finit : trois ans plus tard, Linda mourut ; nous l’avions appris par hasard, un soir, au cours d’un lunch »

 

Sans aller jusqu’à lire le livre, j’espère que cet article saura te faire hocher la tête d’un air entendu en connaissance de cause quand le titre ou le mot lipogramme tombera dans la conversation. 😉

A très bientôt pour la suite de ma croisade*,

Ton dévoué Philibert

*Je commence en mission diplomatique et je continue en croisade… espérons que ça ne terminera pas en boucherie.

Publicités
Cet article a été publié dans Sans Catégorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.